Vous consultez : Le Typhlophile / Le troisième œil
Accès au contenu | Accès au au menu | Touches d'accès rapide du site

Le troisième œil

Quatre cannes blanches.

Jeudi 18 janvier 2018 à 02:42:16 HnE

Tournois d'échecs pour déficients visuels

Chercher sur le site

Interroger Google

Logo de Google.


Photographie d'une machine à SwellTouch.
Cet appareil permet de reproduire des graphiques en relief sur du papier SwellTouch. Procédé par lequel, sous l'effet de la chaleur, l'encre prend du volume pour donner un relief sur le papier.





Typhlophile écrit en braille.
Une vitrine virtuelle à l'attention des AMIS DES AVEUGLES

Le Typhlophile / Le troisième œil

7 février 2001

Une équipe de l'École polytechnique de Montréal met au point un oeil électronique qui n'a besoin ni de la rétine ni du nerf optique.

Par Mathilde Regnault

S'adresser directement au cortex visuel, en ignorant la rétine et le nerf optique, telle est l'idée de Mohamad Sawan, professeur à l'École polytechnique de Montréal, pour rendre la vue aux personnes souffrant de cécité. Son équipe, qui a commencé ses travaux en 1994, achève la mise au point d'un oeil électronique.

« Le principe d'un oeil électronique est relativement simple, explique Mohamad Sawan dans son laboratoire exigu bourré de composants électroniques. On connaît aujourd'hui la zone du cerveau qui analyse les données transmises par les yeux pour en faire des images. Il suffit de remplacer l'oeil déficient par une caméra, et de ne pas tenir compte du nerf optique pour apporter les informations au cortex visuel. » La puce s'adresse directement aux neurones, en leur fournissant les signaux qu'ils reçoivent en temps normal grâce au nerf optique.

Exemple de la définition d'image transmise via l'implant. La caméra qui remplace l'oeil humain est reliée à une plaque couverte d'électrodes, qui s'allument et s'éteignent en fonction des données reçues. Sur l'écran de l'ordinateur de contrôle, deux images : la vraie, et celle que pourrait voir un aveugle muni de cet équipement. Le dessin est plus grossier et les couleurs n'apparaissent pas, mais l'image est bien là.

En juillet dernier, une équipe de chercheurs américains avait elle aussi présenté un premier modèle « d'oeil électronique », un système de caméra relié directement au cerveau par des câbles électriques. Le prototype américain avait permis à un aveugle de retrouver une partie de la vue.

Mais le prototype de Mohamad Sawan va plus loin. D'abord, l'image est plus précise : la puce, implantée directement dans le cortex, comporte quelques 625 points lumineux, répartis sur un cm2. Ensuite, l'équipe montréalaise a trouvé comment se passer des fils visibles qui assurent la communication entre la caméra (l'oeil) et la puce électronique qui transmet les informations au cortex. La clef : les ondes électromagnétiques.

Trois approches différentes ont motivé le développement d'un oeil artificiel. Alors que certains chercheurs travaillent sur le nerf optique, d'autres tentent de reproduire des rétines pour rendre la vue. Dans ces deux cas, il faut que le nerf optique soit en état de fonctionner. Or, on estime qu'après six ans d'inactivité, ce dernier est complètement mort. Ces techniques intéressent donc uniquement les patients dont les organes sont encore en état de fonctionner, et qui ont perdu la vue il y a peu de temps. La troisième approche tente de relier directement le cerveau au système de vision artificielle, en court-circuitant le nerf optique en quelque sorte.

« L'intérêt de notre technique, dit Mohamad Sawan, c'est qu'elle peut servir à tous les non-voyants, même aux aveugles de naissance. »

Son équipe vient de s'associer à l'Institut neurologique de Montréal, à l'Université McGill, pour passer à la phase d'essais cliniques. Pour effectuer les premiers tests, elle utilisera des singes auxquels on aura bandé les yeux (pas besoin d'en trouver des aveugles !). « Le singe est un animal intelligent, explique Mohamad Sawan. En lui apprenant à réagir à la vue de certaines formes, il sera facile de vérifier s'il voit ou non. »

Il restera ensuite à miniaturiser le système et d'ici une dizaine d'années au plus tard, pense le professeur, il sera possible de rendre la vue aux aveugles. Une perspective qui en réjouit plus d'un : on estime à 20 000 le nombre de non-voyants au Québec. Ils sont 500 000 en Amérique du Nord.



Dernière mise à jour de cette page :  7 février 2001


Fac ut videam (Faites que je vois)
Le mot latin Fac écrit en braille. 
Le mot latin Ut écrit en braille. 
Le mot latin Videam écrit en braille.

Éphéméride du jour

En ce 17 janvier de l'an de grâce 1823. Benjamin-Victor Rousselot, fondateur de l'Institut Nazareth, première école francophone en Amérique pour les aveugles, voit le jour à Cholet, village de Vendée en France. Il fait ses études au séminaire Saint-Sulpice et est ordonné prêtre en 1846. Toutefois, sa santé délicate et surtout la faiblesse de sa vue lui ferment la carrière de l'enseignement qu'il souhaitait entreprendre. Mais il accomplira une grande œuvre à son arrivée en Canada quelques années plus tard.

Saviez-vous que :

Victor-B. Rousselot, prêtre français de la compagnie de Saint-Sulpice, avec la collaboration des Sœurs Grises, fonde à Montréal en 1861, l'Institut Nazareth, première école pour jeunes aveugles du Canada.

TyphloPensée

« L'amour est aveugle. »

Platon

Étymologie

Typhlophile tire sa racine de « typhlo » d'origine grecque et qui veut dire « cécité »; et « phile » veut dire ami, sympathisant, etc. Donc, Typhlophile veut dire l'ami des aveugles.

Un clin d'œil vers :

Haut de la page.

Politique d'accessibilité du site
[Certifier Bobby Approved (v 3.2). | Description]
[Validation HTML/XHTML du W3Québec | Valide CSS! | Ce document rencontre les conformités Valid XHTML 1.0 Strict]
DERNIÈRE MISE À JOUR DU SITE 20 janvier 2012
© 1996/2018; Le Typhlophile - Longueuil, Québec (Canada)

Pour vos commentaires et suggestions.