Vous consultez : Le Typhlophile / Les Actes du Forum de l'U.M.A. - Juin 1997 - Atelier I - Exposé : Enjeux et tendances de la vie associative des personnes aveugles et malvoyantes au Québec
Accès au contenu | Accès au au menu | Touches d'accès rapide du site

Les Actes du Forum de l'U.M.A. - Juin 1997

Quatre cannes blanches.

Vendredi 22 juin 2018 à 11:21:26 HaE

Tournois d'échecs pour déficients visuels

Chercher sur le site

Interroger Google

Logo de Google.


Photographie d'une carte géographique en relief.
Partie d'une carte de l'Amérique du Sud réalisée sur du papier ThermoForm. Sous l'effet de la chaleur une feuille plastifiée prend le relief de la matrice.





Typhlophile écrit en braille.
Une vitrine virtuelle à l'attention des AMIS DES AVEUGLES

Le Typhlophile / Les Actes du Forum de l'U.M.A. - Juin 1997 - Atelier I - Exposé : Enjeux et tendances de la vie associative des personnes aveugles et malvoyantes au Québec

Table des matières

LES ATELIERS

Première partie : Vers l'autonomie

I. Développement social - Vie associative et coopération internationale
· Enjeux et tendances de la vie associative des personnes aveugles et malvoyantes au Québec

L'histoire de la communauté aveugle et malvoyante québécoise a été marquée durant les 50 dernières années par la mise sur pied de nombreuses associations principalement axées sur la pratique d'activités récréatives, sportives, éducatives et culturelles.

La création du Regroupement des aveugles et amblyopes du Québec en 1975 a constitué un point tournant dans la vie associative des personnes atteintes de déficience visuelle. En effet, le RAAQ se donnait alors une mission essentiellement politique, soit de promouvoir les intérêts et de défendre les droits des citoyens handicapés visuels. Durant les 20 dernières années, de nombreuses associations régionales ont choisi d'adhérer aux mêmes objectifs et de s'affilier au RAAQ, permettant ainsi au mouvement d'accroître considérablement sa représentativité. Actuellement, le RAAQ compte dix associations régionales affiliées qui regroupent près de 1 400 personnes aveugles et malvoyantes.

Quels sont les enjeux et les tendances qui influenceront l'évolution des associations de promotion au cours des prochaines années? L'un des facteurs les plus déterminants demeure sans contredit le financement des activités des associations, notamment en ce qui a trait à la capacité même de rémunérer des ressources humaines. À ce propos, il est important de savoir que les associations de promotion ont accès à différents programmes de subventions gouvernementaux. Malheureusement, les fonds accordés par le biais de tels programmes ne permettent pas à la majorité des associations régionales de verser des salaires stables et décents à leur personnel qui, en comprenant l'ensemble des régions, est majoritairement composé de personnes aveugles et malvoyantes. Aussi, l'une des tendances les plus remarquables à ce chapitre concerne-t-elle l'octroi de subventions gouvernementales aux associations régionales de promotion en échange de services directs à la population aveugle et malvoyante.

Notons que cette approche soulève une certaine controverse au Québec. En effet, les avis favorables font valoir que les associations doivent s'impliquer afin de répondre aux nombreux besoins non comblés par la société. Pour leur part, les avis défavorables craignent que les associations délaissent leur mission de promotion au profit de la dispensation de services. Cela étant dit, la tendance n'en demeure pas moins réelle. Les associations régionales susceptibles de se qualifier pour ces programmes seront alors en mesure de contribuer, de façon modeste, à la création d'emplois pour les personnes qui ont une déficience visuelle.

La formation de la relève constitue également un enjeu de taille pour les associations de promotion. Structurées de façon démocratique, les associations tiennent annuellement des assemblées générales de leurs membres, qui procèdent à l'élection du conseil d'administration. Seules les personnes aveugles et malvoyantes ont droit de vote et sont éligibles aux postes bénévoles du conseil d'administration. Or, ces postes deviennent de plus en plus difficiles à combler. Les impacts de cette démotivation se traduisent par des signes de découragement et d'épuisement parmi les bénévoles de l'association.

Beaucoup de facteurs permettent d'expliquer cet état de fait. Bien entendu, dans un pays aussi vaste que le nôtre, le dispersement des personnes aveugles et malvoyantes, la faiblesse de leur poids démographique, l'insuffisance des moyens de transport et la moyenne d'âge élevée de la communauté sont autant de réalités qui influencent le degré de participation à la vie associative.

D'autres tendances doivent être prises en considération afin de mieux comprendre le phénomène de démobilisation. D'une part, la poursuite d'une intégration socio-économique des personnes aveugles et malvoyantes a ouvert la voie à des manifestations plus marquées d'individualisme. D'autre part, une proportion significative de ces personnes n'entretient aucun lien d'affinité avec des pairs, ni aucun lien d'appartenance avec les groupements de concitoyens qui partagent les mêmes conditions de vie. Enfin, les personnes aveugles et malvoyantes s'intéressent aussi à d'autres causes sociales.

Dans ce contexte, il est entendu que les associations de promotion doivent s'ajuster aux changements de mentalité des personnes handicapées visuelles et de la société en général afin de mieux actualiser leur rôle de même que leur raison d'être au sein de la communauté.

Malgré tout, les pratiques des dernières années tendent nettement à démontrer que les citoyens aveugles et malvoyants resserrent leurs rangs lorsque leurs intérêts communs sont concernés. Bien que les rouages internes de la vie associative en laissent plusieurs indifférents, il n'en demeure pas moins que les personnes handicapées visuelles veulent participer activement à la défense de leurs intérêts collectifs, faisant régulièrement part de leurs attentes et de leurs disponibilités à ce propos. Aussi, il faut noter que le recrutement de nouveaux membres connaît une croissance modeste mais soutenue depuis la création du mouvement associatif. Enfin, les différents paliers gouvernementaux et les institutions spécialisées en déficience visuelle reconnaissent davantage le rôle et l'importance des associations de personnes aveugles et malvoyantes. Certes, rien n'est parfait à cet égard, mais il convient néanmoins d'observer que de moins en moins de décisions sont prises sans consulter les associations de promotion. Bien que précaire, cette reconnaissance s'impose plus que jamais, afin de mieux conjuguer les efforts gouvernementaux et institutionnels avec les besoins réels de la population déficiente visuelle.

En somme, les associations de promotion et de défense des intérêts des personnes aveugles et malvoyantes demeurent un phénomène tout récent sur le plan historique au Québec. Les représentations politiques des dernières années ont résolument contribué à l'amélioration de la qualité de vie des personnes aveugles et malvoyantes dans de nombreux secteurs de l'activité humaine.

Dans le contexte du ralentissement économique qui perdure actuellement au Québec, il est assuré que les citoyens aveugles et malvoyants doivent être au coeur des décisions qui les concernent, tant sur le plan national que sur le plan régional.

Yves Fleury,
Directeur général
Regroupement des aveugles et amblyopes du Québec (RAAQ)
(Québec)


Découlant également de cet atelier


Fac ut videam (Faites que je vois)
Le mot latin Fac écrit en braille. 
Le mot latin Ut écrit en braille. 
Le mot latin Videam écrit en braille.

Éphéméride du jour

Aucune éphéméride en déficience visuelle pour aujourd'hui.

Saviez-vous que :

Charles Bonnet (1720-1793) Naturaliste et philosophe suisse, découvreur de la parthénogénèse (la reproduction sans fertilisation) et qui a élaboré la théorie de l'évolution. Bien que Bonnet était un avocat, sa vraie passion était les sciences naturelles. S'attardant d'abord à l'entomologie, il a étudié le comportement des aphides, et a découvert que l'insecte femelle pouvait se reproduire sans fertilisation par le mâle. En 1742, il a découvert que les chenilles et les papillons respirent par leurs pores, qu'il a nommées stigmates. Bonnet s'est ensuite intéressé à la botanique, en y étudiant les structures et les fonctions des feuilles.

Atteint de cécité, il s'est intéressé cette fois à la philosophie. Dans ses - Considérations sur les corps organisés - (1762), il élabora une théorie selon laquelle tout organisme femelle contient dans ses cellules sexuelles une quantité infinie d'individus préformés, entraînant l'immortalité et l'immuabilité des espèces. Dans la Palingénésie philosophique - (1769) il a élaboré l'idée que la Terre subi périodiquement des catastrophes universelles qui détruisent presque toutes les espèces vivantes, dont les survivantes accèdent au prochain stade évolutif. Bonnet a été le premier à employer le mot - évolution - dans un contexte biologique. Dans son - Essai de psychologie - (1754) ainsi que dans - Essai analytique sur les facultés de l'âme - (1760), il avait déjà entrevu la psycho-physiologie.

TyphloPensée

« Mais l'amour est aveugle, et les amants ne peuvent voir Les plaisantes folies qu'ils commettent eux-mêmes. »

William Shakespeare - Le marchand de Venise

Étymologie

Typhlophile tire sa racine de « typhlo » d'origine grecque et qui veut dire « cécité »; et « phile » veut dire ami, sympathisant, etc. Donc, Typhlophile veut dire l'ami des aveugles.

Un clin d'œil vers :

Haut de la page.

Politique d'accessibilité du site
[Certifier Bobby Approved (v 3.2). | Description]
[Validation HTML/XHTML du W3Québec | Valide CSS! | Ce document rencontre les conformités Valid XHTML 1.0 Strict]
DERNIÈRE MISE À JOUR DU SITE 20 janvier 2012
© 1996/2018; Le Typhlophile - Longueuil, Québec (Canada)

Pour vos commentaires et suggestions.