Valentin Haüy - Premier instituteur des aveugles

1745-1822

«L'homme de coeur, celui qui a sincèrement aimé les aveugles, qui a cru en leurs possibilités, qui les a défendus. Au lieu de se contenter de les protéger, il se les est associés, leur insufflant ainsi cette vertu, une juste confiance en soi, sans laquelle on abandonne la lutte quand on a tout de même quelque raison de touter de ses armes.»

C'est ainsi que Pierre Henri amorce son ouvrage consacré à celui qui jeta les bases du début de la scolarisation des jeunes aveugles en France et qui y consacra une bonne partie de sa vie, jusqu'à sa mort en fait. Début lent certes, mais compte tenu de l'époque où ça se déroule, nous sommes à la fin du XVIIIe siècle, la France est en profond changement et les ressources pas très nombreuses. Tout est à faire. Il n'y a pas d'école spécialisée! Encore moins de matériel adapté! Pas davantage de méthode d'enseignement et d'approche à la cécité! Les aveugles sont bien souvent laissés à eux-mêmes, obligés de mendier pour survivre. Rare sont ceux qui parviennent à acquérir une formation académique. Ceux-là, ils proviennent de familles aisées et leur apprentissage doit se faire par le par-coeur. Ce que va accomplir Valentin Haüy, finira par avoir des répercussions à l'extérieur des frontières françaises, et d'autres s'en inspiront pour offrir aux personnes aveugles de leur région, la possibilité de s'épanouir et de se développer.

Valentin Haüy est né à Saint-Just-en-Chaussée, le 13 novembre 1745, un petit village du sud de la Picardie. Il meurt à Paris, au jardin du Roi, le 19 mars 1822 à l'âge respectable de 76 ans.

Pour en savoir un peu plus sur ce personnage qui fut un innovateur en son temps, vous pouvez consulter l'ouvrage écrit par Pierre Henri, l'un des nôtres, «Valentin Haüy premier instituteur des aveugles» publié par l'Association Valentin Haüy, à Paris en 1967.